AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All you can do is keep breathing • Juliet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam MacMillan

avatar

+ MESSAGES : 163
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : chirurgien plastique
+ CITATION : À la Fac de médecine, on a plus d’une centaine d’heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...

More about you
AGE: 39 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 30 Oct - 0:30

Adam & Juliet


Il arrêta la moto qui s'éteignit dans un souffle rauque. Une Ducati Superbike 848 Corse SE. Un nom barbare pour désigner son meilleur moyen d'évasion. Son meilleur moyen pour cesser de penser, pour s'arracher à la spirale inquiétante d'une journée dans la ville de Boston. Parce que quand vous avalez la route à 150 à l'heure, vous n'avez plus le temps de penser.

Il gara et attacha son fauve noire et gris métallisé, et accrocha le casque à la moto. Le vent était froid, en cette soirée de fin octobre. Sandy faisait trembler New York et toute la côte Est, mais Boston semblait à l'abri de ce cataclysme local. Certes, le vent se montrait par moment un peu insistant, jouant avec les passants comme un tigre avec une petite proie, mais ce n'était que des sursauts, sans doute un enfant pas vraiment discipliné de la tyrannique Sandy. Adam frissonna et resserra sa veste de cuir, dans un geste vain pour se protéger du froid.

Aujourd'hui, tout avait vacillé. Tout ce qu'il avait construit pour se protéger avait failli voler en éclat juste parce que cette patiente, victime anonyme d'un marie violent, lui ressemblait. Si fort. Le même regard chocolat praliné, les mêmes cheveux bouclés, le même sourire aux lèvres fines...

Il secoua la tête et inspira fort pour chasser cette image de sa tête alors qu'une boule lui bloquait soudain la gorge. Il s'arrêta alors soudainement et s'assit sur un banc, au bord du lac. La lune, point pâle dans un ciel partagé entre crépuscule et nuit, s'y reflétait élégamment, telle une princesse se préparant pour le bal. Un léger sourire étira les lèvres du chirurgien. Il se surprenait parfois, avec ses pensées poétiques.

Soudain, un bruit de pas attira son attention. Il releva la tête, quittant sa contemplation triste du sol en gravier et sa position recroquevillée. Et ses yeux clairs se relevèrent sur... tiens donc. Un demi-sourire éclaire son visage, souligné par la barbe finement taillée qu'il taillait chaque joue avec soin. Il ne s'attendait pas à la croiser elle, à... il jeta un oeil à son montre. 21h00. Il avait fini sa garde une demi-heure plus tôt, et s'était précipité au parc, submergé par une émotion qu'il parvenait habituellement à brider.

Juliet Hepburn. Le lien entre ces deux-là ferait sans doute encore couler beaucoup d'encre. mais pour l'instant, pas besoin de grands discours. Il se décala légèrement sur le banc, lui laissant ainsi la place pour s'asseoir. Alors qu'elle arrivait près de lui, il lui décocha un de ces sourires amusés dont il avait le secret, mais qui était finalement devenu naturel, ce sourire mi-moqueur mi-heureux, avec un soupçon d'attendrissement.

« Voilà une rencontre innatendue. Vous cherchez l'inspiration, miss Hepburn ? »

Entre eux deux, c'était venu naturellement. Adam n'avait pas l'habitude d'essuyer des refus, et cela lui d"plaisait d'autant plus que le femme était belle. Autant dire qu'avec Juliet, il n'était pas près de lâcher l'affaire. Puis ils s'étaient revus une fois, deux fois, par hasard. Et une certaine intimité s'était installée. ils se taquinaient l'un l'autre sur leurs jobs assez... atypiques. Peut-être qu'avec l'humour viendrait autre chose, qui sait ?

_________________
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Grey's Anatomy


Dernière édition par Adam MacMillan le Mar 30 Oct - 14:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Hepburn
I Love Him more than I Love Myself, which is a lot because I'm narcissistic.
avatar

+ MESSAGES : 741
+ INSCRIT LE : 14/11/2011
+ EMPLOI : Romancière
+ CITATION : If everyone demanded peace instead of another television set, then there'd be peace. ♥

More about you
AGE: 38 printemps
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 30 Oct - 0:56

Malgré mon rituel habituel, l'inspiration n'est pas au beau fixe. Voilà une semaine voire un petit peu plus que je n'ai pas écrit une ligne et ça commence à m'inquiéter. Il faut dire que depuis quelques temps j'ai, comment dire, l'esprit ailleurs. Alors qu'avant mon stylo avait toute mon attention, celle ci est désormais reportée sur un tout autre objet, au courbes plus masculines. Adam MacMillan. Je me sens comme l'adolescente que je n'ai jamais été, craquant sur le mauvais. C'est vrai que je n'ai pas beaucoup d'expérience dans ce domaine la. Au lycée j'étais concentrée sur mes études et ma haine envers ma belle mère, et puis je me suis mariée au premier homme que j'ai aimé, Paolo. Je ne le regrette pas, loin de la, mais je dis juste que je découvre des sensations encore inexplorées.
Un calepin à la main, je marche dans les rues de Boston jusqu'à arriver au Boston Common, un jardin public que j'apprécie particulièrement. Me promenant doucement, je prends le temps de tout observer, les oiseaux qui se posent sur la haie, le ballon multicolore qui traverse l'allée et... Oh mon Dieu, il est là ! Adam ! Je recule de trois pas et m'adosse contre un arbre. De là où il est, avec le tronc massif, il ne peux pas me voir. Je me mords la lèvre de nervosité. Mon coeur bat la chamade et je sens mes joues rosir. D'une main précipitée, je tente de me recoiffer comme je peux, puis reprends mon chemin comme si de rien n'était. Ne pas regarder dans sa direction Juliet. Nos regards se croisent. Il me fait signe de m'asseoir près de lui. Je devrais refuser, mais c'est plus fort que moi. Mutine, je finis par prendre place sur le banc près de lui. « Voilà une rencontre innatendue. Vous cherchez l'inspiration, miss Hepburn ? » Je réponds à ceci par un petit sourire, imperceptible, avant d'enchérir, plus taquin : Je sais bien que vous mourrez d'envie que je vous saute dans les bras, Adam, mais vous savez, ce n'est pas en continuant à me suivre que ça risque d'arriver ! Mon for intérieur me crie que si, lui sauter dans les bras c'est bien. Mais non, je ne peux pas m'y résoudre. C'est plus fort que moi.

_________________
    He was always there to help her, she always belonged to someone else... I drove for miles and miles And wound up at your door. I've had you so many times but somehow I want more... I don't mind spending everyday out on your corner in the pouring rain. Look for the girl with the broken smile, ask her if she wants to stay awhile... And she will be loved• feets&foot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam MacMillan

avatar

+ MESSAGES : 163
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : chirurgien plastique
+ CITATION : À la Fac de médecine, on a plus d’une centaine d’heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...

More about you
AGE: 39 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 30 Oct - 14:24

Adam & Juliet


S'il y a une chose à laquelle Adam n'a jamais été habitué, et à laquelle il ne s'habituera jamais, c'est qu'on lui résiste. Surtout quand on est du sexe opposé.

Soyons honnêtes : Adam a un charme fou, un corps qu'il entretient avec persévérance, et le regard bleu électrique dont il sait jouer avec talent fait le reste. Les quarter cinquième de la gent féminine sont à ses pieds, et il adore ça. C'est son mode de vie, sa façon d'évoluer. Les relations à long terme, ce n'est plus pour lui. On ne remplace ce qui a été perdu.

Alors il multiplie joyeusement, comme un collectionneur de papillon cherche de nouvelles pièces à épingler dans ses vitrines. Et voilà qu'une de ses plus belles pièces, l'un de celles qu'il convoite jalousement, lui résiste avec vigueur ! Tu es sûr qu'il n'y a pas un peu plus que ça ?. Mais Adam n'a pas envie de se poser de questions. Il veut Juliet Hepburn, et il l'aura, comme un gamin gâté qui refuse d'oublier un jouet qu'on ne lui a pas accordé.

Il tourne son regard azur vers elle, puis, répondant à une impulsion soudaine, approche son visage du sien et murmure doucement :

« Je n'y avais jamais pensé... mais c'est une piste à creuser. »

Puis il s'écarte d'elle, arborant son sourire ravageur, ce sourire fier de lui et un rien taquin, celui du joueur sûr de son coup. C'est devenu un jeu entre eux : chaque fois qu'ils se rencontrent, les répliques fuses, tantôt taquines, tantôt sérieuse, tango endiablé où l'on ne sait plus trop, par moment, qui mène la danse. Et Adam doit avouer que cela ne fait qu'ajouter au charme de Juliet. Car oui, Adam MacMillan, contrairement aux apparences, a aussi un coeur. Blindé, entouré de murailles et scellé dans un abri anti-atomique, mais il a bien un coeur. Et Juliet l'ignorait peut-être, mais à force de jouer à ce jeu d'"attrape-moi si tu peux", elle avait effrité un peu les murailles imprenables dont il s'était bardé pour se protéger.

Mais peu importe. Adam se persuadait que ce sentiment ne serait que passager. Sitôt les choses terminées, elle serait comme les autres, balayée pour éviter les risques. En attendant, Adam jouait. Et il comptait bien gagner le gros lot.

_________________
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Grey's Anatomy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Hepburn
I Love Him more than I Love Myself, which is a lot because I'm narcissistic.
avatar

+ MESSAGES : 741
+ INSCRIT LE : 14/11/2011
+ EMPLOI : Romancière
+ CITATION : If everyone demanded peace instead of another television set, then there'd be peace. ♥

More about you
AGE: 38 printemps
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 30 Oct - 15:51

« Je n'y avais jamais pensé... mais c'est une piste à creuser. » Je n'ai pas vraiment compris le sens de sa phrase. J'étais trop absorbée par ses prunelles azures et par son visage qui s'approchait dangereusement du mien. Le souffle court, mon coeur est sur le point de s'envoler. Heureusement qu'il ne va pas plus loin, je ne sais pas si j'aurais été capable de le repousser. Reprenant mes esprits, l'air de rien, je finis par entrer dans son jeu, et m'avancer encore plus près de son visage que lui ne l'avait fait. Nos lèvres ne sont plus séparées que par quelques centimètres, nos souffles se mêlent. Je murmure : Ca vous tue, hein... Vous n'avez pas l'habitude qu'on vous résiste. Puis je me recule, aussi lentement que je ne me suis avancée. Je me sens gagnée d'une bouffée de chaleur, mais je suis profondément fière de moi. Je n'ai pas cédé et dieu sait que c'était dur. Si près du Graal, j'ai fait machine arrière. Fichue fierté, fichus principes. Je ne comprends même pas pourquoi je fais ça, au juste, mais je le fais quand même. Je me suis donné comme objectif de ne pas céder. Pas tout de suite en tout cas.
Je me lève, toujours au ralenti. Plongeant mes pupilles dans les siennes, je dis : Au revoir, MacMillan ! Un sourire espiègle et provocateur se dessine sur mes lèvres, puis je tourne la tête et avance. Ne te retournes pas Jule's, tu peux le faire ! Je mords ma lèvre inférieure encore une fois et marche, très doucement. J'espère du fond de mon coeur sentir une main agripper mon poignet ou entendre des pas me rattraper.

_________________
    He was always there to help her, she always belonged to someone else... I drove for miles and miles And wound up at your door. I've had you so many times but somehow I want more... I don't mind spending everyday out on your corner in the pouring rain. Look for the girl with the broken smile, ask her if she wants to stay awhile... And she will be loved• feets&foot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam MacMillan

avatar

+ MESSAGES : 163
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : chirurgien plastique
+ CITATION : À la Fac de médecine, on a plus d’une centaine d’heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...

More about you
AGE: 39 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 30 Oct - 17:30

Adam & Juliet


Ella va le tuer. Cette femme veut sa mort, cette fois il en est certain. Par tous les moyens possibles, mais elle y parviendra, ça ne fait plus l'ombre d'un doute à présent. Elle est là, si proche, si facile à attraper. Il suffirait d'un sursaut, et tout s'arrêterait, tout s'emballerait. La chasse serait finie, le tango s'achèverait dans une fin grandiose et explosive. Mais non. Il reste paralysé, comme un ado le jour de son premier baiser. Et elle s'éloigne. Imbécile. Lentement, son cerveau l'entièreté de ses facultés. bon, ok, il ne s'était pas attendu à ce qu'elle fonctionne à ce point dans le jeu, et ça l'a complètement pris au dépourvu. Mais tout de même. Elle a plus d'effet sur lui que ce qu'il croyait. Il allait falloir se méfier.

Puis les deux iris moqueurs, mais un rien troublés, de Juliet croisent les siens, et avec un sourire provocateur qui le ravage complètement, elle lance : Au revoir, MacMillan ! QUOI ?! Et elle s'en va. Comme ça. Comme si de rien n'était. et lui se retrouve alors tout paumé, ses neurones fonctionnant à cent à l'heure. La suivre et s'avouer ainsi un rien vaincu ? Ou rester là et risquer de perdre tout ce qui a été acquis jusqu'ici.

Après quelques secondes de silence, il saute sur ses pieds et la rattrape en quelques foulées. Il y a des jours où il faut savoir faire de concessions. Et juste au moment où il arrive à sa hauteur, il passe son bras gauche autour des épaules de l'écrivaine et se penche vers elle, soufflant à son oreille :

« Vous n'espériez pas vous en tirer à si bon compte ? »

Il lui sourit, puis, après quelques pas où leur foulée s'accorde parfaitement, il lâche ses épaules et s'écarte légèrement, rompant à regret leur proximité.

Ils marchent ainsi un moment, côté à côté, dans la nuit à présent presque complètement, éclairée par une lune presque complètement et blanche comme de la craie. Tous les détails semblent magnifiés sous cette lumière blafarde et oblique. Lorsqu'il parviennent finalement à une bifurcation, il se tourne vers elle et relance la conversation, l'air de rien :

« Et sans indiscrétion, miss Hepburn, où allez-vous ? »

_________________
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Grey's Anatomy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Hepburn
I Love Him more than I Love Myself, which is a lot because I'm narcissistic.
avatar

+ MESSAGES : 741
+ INSCRIT LE : 14/11/2011
+ EMPLOI : Romancière
+ CITATION : If everyone demanded peace instead of another television set, then there'd be peace. ♥

More about you
AGE: 38 printemps
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 30 Oct - 18:45

Si il ne me suit pas, j'aurais d'abord l'air bête, mais surtout, je serai la femme la plus frustrée de l'histoire de l'humanité. J'ai peur d'avoir fait le mauvais choix, mais j'ai l'intime conviction que le jeu en vaut la chandelle. Si il me suit, j'aurai gagné, ça prouvera l'emprise que j'ai sur lui. Plus j'avance, plus je panique. Il ne viendra pas. Tu es stupide Jule's ! Oh et puis tu crois vraiment qu'un type comme Adam MacMillan s'intéresse sincèrement à une fille comme toi, qui ne vit que pour ses livres? Franchement, qu'est ce que tu croyais? Qu'il allait ramper à tes pieds? Pitoyable, pi-toy-able ! Mais... Non, quand même... Je dois rêver. Ces pas qui se rapprochent ? Non, arrête ton délire, c'est sûrement quelqu'un d'autre. Imbécile, va.
Une main se pose sur mon épaule et instantanément je reconnais le délicieux parfum de l'homme qui se tient à mon côté. Je le reconnaîtrais parmi cent. Que dis-je, je le reconnaîtrais entre tous. 7 milliards d'individus se tiendraient devant moi que je saurais, les yeux fermés, lequel est Adam. Un frisson parcourt mon échine et j'ai la sensations que des milliers de papillons virevoltent dans mon estomac. Gagné.
« Vous n'espériez pas vous en tirer à si bon compte ? » Je le regarde, amusée, avant de rétorquer, l'air faussement innocent : M'en tirer de quoi ? Je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler ! Je continue à avancer, sans perdre le nord. De toutes façons, si je m'arrête, il y a de fortes chances pour que je m'évanouisse... Je dois me retenir pour ne pas sauter de joie, oui lui sauter dessus, plutôt. L'effort que je dois faire pour prendre sur moi est surhumain. Mais impossible n'est pas Hepburn.

Il enlève son bras de mon épaule et cette séparation semble presque douloureuse. Si seulement il pouvait rester là pour toujours...« Et sans indiscrétion, miss Hepburn, où allez-vous ? » Mince... C'est vrai, où vais-je ? Je n'y avais pas pensé. Je dis, espiègle, en le fixant : Je serais bien tentée de vous répondre : Le plus loin possible de vous... Mais pour faire court, disons simplement que je rentre chez moi. Sage décision Jule's... J'ajoute, sans pouvoir m'en empêcher : Pourquoi, ça vous intéresse ? Ceci n'était pas une proposition... Enfin... Si, peut être? Mais ça, je ne l'admettrai jamais.

_________________
    He was always there to help her, she always belonged to someone else... I drove for miles and miles And wound up at your door. I've had you so many times but somehow I want more... I don't mind spending everyday out on your corner in the pouring rain. Look for the girl with the broken smile, ask her if she wants to stay awhile... And she will be loved• feets&foot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam MacMillan

avatar

+ MESSAGES : 163
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : chirurgien plastique
+ CITATION : À la Fac de médecine, on a plus d’une centaine d’heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...

More about you
AGE: 39 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Ven 2 Nov - 22:21

Adam & Juliet


Il la scrute un instant, son regard azur se faisant perçant. Deux lacs d'eau claire qui soudain s'animent et vrillent l'âme de l'écrivaine, tentant de percer à jour les sentiments de cette femme incroyable, qui décidément semble armée d'une résistance hors norme face aux techniques d'Adam, pourtant ce qui se fait de mieux en la matière.

Peut-être est-ce là que réside la richesse de leur relation : ils y vont en free style, à l'instinct. Chacun s'est lancé dans cette histoire sans filet, aléa jacta est, advienne que pourra. Et chacun tente de se maintenir la tête hors de l'eau, chacun essaye de pousser l'autre pour qu'il glisse le premier sur cette plaque de verglas monstrueuse, tout en se raccrochant à lui pour ne pas tomber lui-même. Ils sont opposés et complémentaires, yin et yang, bref, faits l'un pour l'autre.

Mais pour l'instant, le fond philosophique de cette histoire l'intéresse peu. Il veut surtout savoir où elle compte aller, à s'enfoncer d'un pas vaillant dans le parc désert et, avouons-le, lugubre. Et pourtant, lorsqu'elle lui annonçe fièrement qu'elle rentre chez elle, l'inquiétude lui sert un rien le ventre. Si elle rentre chez elle, par le chemin le plus court... elle va devoir traverser des rues pas forcément rassurantes, peuplées de gens pas rassurants du tout, et il pourrait lui arr...

Il se fige lorsqu'elle ajoute spontanément "pourquoi, ça vous intéresse" ? Il la fixe, un instant incrédule, puis se reprend, un sourire amusé étirant ses lèvres et son regard s'allumant d'une étincelle de malice. Elle a cédé la première. Ce n'est qu'une toute petite port qui s'ouvre, une partie des défenses qui s'effrite. Rien de terrible pour l'instant, mais c'est un début.

« Allons, miss Hepburn... Je sais que vous ne pouvez pas vous passer de moi, mais tout de même... »

En deux pas, il s'est approché d'elle et lui murmure à l'oreille, l'air conspirateur et le ton taquin :

« Faites au moins semblant ! »

Et il recule aussitôt, un large sourire rieur découvrant ses dents à la Colgate Max White, puis, mine de rien, reprend son chemin vers la sortie du parc en sifflotant, laissant derrière lui Juliet et le petit effet qu'il a produit.

_________________
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Grey's Anatomy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Hepburn
I Love Him more than I Love Myself, which is a lot because I'm narcissistic.
avatar

+ MESSAGES : 741
+ INSCRIT LE : 14/11/2011
+ EMPLOI : Romancière
+ CITATION : If everyone demanded peace instead of another television set, then there'd be peace. ♥

More about you
AGE: 38 printemps
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Sam 3 Nov - 20:39

« Allons, miss Hepburn... Je sais que vous ne pouvez pas vous passer de moi, mais tout de même... » J'allais répliquer une réplique piquante comme à notre habitude, mais je suis vite interrompue par son mouvement. Il s'approche à nouveau de moi, pour me murmurer à l'oreille, de sa voix suave et si sexy : « Faites au moins semblant ! » Il continue son chemin, comme si de rien n'était, me laissant toute chose sur place. Je le suis du regard, alors que mon cerveau marche à 10000 à l'heure pour trouver une idée génialissime. Oh, et puis zut, hein.

Je marche vite vers lui, presque en courant, puis le dépasse pour finalement m'arrêter et lui barrer le chemin. Je dis, en le fixant dans les yeux :
Je l'avoue, Adam, je ne peux plus me passez de vous, vous hantez mes nuits ! Je m'approche ensuite encore de lui et pose mes mains sur le haut de son torse. M'approchant de lui, de son visage, je murmure : Embrassez-moi, Adam... Je continue à avancer, le plus lentement possible, ménageant le suspense, le désir. Nos lèvres s'approchent dangereusement. Elles finissent par se frôler, l'espace d'une fraction de seconde, assez pour le frustrer. Je le repousse de l'appui que j'avais préalablement pris sur ses pectoraux puis recule, toujours sans le quitter des yeux, riant aux éclats. Oui, je suis fière de mon coup. Je fais volte face et avance, vers cette fameuse sortie. De dos, sans avoir la chance de pouvoir voir la tête qu'il doit faire, taquine, je lance : Vous auriez aimé que ça se passe comme ça, n'est ce pas MacMillan !? Sauf que ce qu'il ne sait pas, c'est que moi aussi, j'aurais aimé que ça se passe de la sorte...

_________________
    He was always there to help her, she always belonged to someone else... I drove for miles and miles And wound up at your door. I've had you so many times but somehow I want more... I don't mind spending everyday out on your corner in the pouring rain. Look for the girl with the broken smile, ask her if she wants to stay awhile... And she will be loved• feets&foot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam MacMillan

avatar

+ MESSAGES : 163
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : chirurgien plastique
+ CITATION : À la Fac de médecine, on a plus d’une centaine d’heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...

More about you
AGE: 39 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 6 Nov - 0:19

Adam & Juliet


S’il ne s’était retenu de toutes ses forces, Adam aurait lâché un juron. Cette femme s’amuse à jouer avec lui comme un chat joue avec une peluche, le faisant rouler d’un bout un l’autre, le perdant dans ses propres codes. Et il doit avouer que sur ce coup-ci, elle a frappé fort. Il s’est complètement fait avoir. Elle doit être une adversaire redoutable au poker, parce qu’elle sait masquer ses émotions avec une facilité déconcertante pour une femme qui semble si à fleur de peau.

Seulement, le problème avec les duels, c’est qu’on ne sait jamais ce que l’autre adversaire a en réserve pour vous surprendre. Et ne dit-on pas que la meilleure défense, c’est l’attaque ? Il reste un instant immobile, pensant le pour et le contre de cette nouvelle stratégie. Mission. Attaque suicide.

Et puis brusquement, il se décide. En réalité, il ne décide rien, mais sur une brusque impulsion, il s’élance à sa suite. Elle est déjà à la sortie du parc lorsqu’il la rattrape. Et c’est ave un naturel déconcertant que son bras gauche lui encercle la taille, que sa main droite se pose doucement derrière la nuque de Juliet, et que leurs lèvres se rencontrent. Il n’y a rien là de langoureux, de bestial. Tout se fait en douceur, facilement, naturellement. Cela ne dure que deux secondes, peut-être trois. Deux secondes de pur bonheur, deux secondes enfin où la pression semble s’arrêter, où le temps se suspend. Deux secondes parfaites. Puis il rompt le contact, et pose un instant son front contre le sien, murmurant du bout des lèvres : « vous ne devriez pas faire de l’humour comme cela, Juliet. J’ai tendance à vous prendre au mot. »

Et il la relâche. La laisser s’échapper après ça lui brûle les mains, alors que tout en lui la demande. Elle l’a rendu complètement dépendant, et il n’aime pas ça. Mais il ne faut rien en montrer. Terrain trop glissant pour lui. Un demi-sourire amusé étire ses lèvres, et il tourne les talons avec le naturel agaçant qu’on lui connaît bien.

_________________
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Grey's Anatomy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Hepburn
I Love Him more than I Love Myself, which is a lot because I'm narcissistic.
avatar

+ MESSAGES : 741
+ INSCRIT LE : 14/11/2011
+ EMPLOI : Romancière
+ CITATION : If everyone demanded peace instead of another television set, then there'd be peace. ♥

More about you
AGE: 38 printemps
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 6 Nov - 0:59

Un peu frustrée de mon coup, même si il était génial, je l'admet, je marche droit devant moi, incapable d'admettre que je voudrais rebrousser chemin. J'entends des pas de rapprocher, hâtivement. Serait-ce...? Je n'ai pas le temps de me poser plus de questions qu'il a passé un bras autour de ma taille et l'autre derrière ma nuque. Avant de réaliser ce qu'il se passe, il pose ses lèvres contre les miennes. Nous sommes loin des baisers pastiches, mimés, que nous avons échangé plus tôt. C'en est un vrai, sincère, tendre. J'aimerais que les trois secondes qui s'écoulent durent éternellement. J'aimerais que mes lèvres impriment le goût salé des siennes. J'aimerais que jamais cet échange ne s'arrête. Pourtant, le retour à la réalité a bien lieu, même si il est en douceur. Les fronts collés, je me sens fondre lorsqu'il dit : « Vous ne devriez pas faire de l’humour comme cela, Juliet. J’ai tendance à vous prendre au mot. ».

Je n'ai pas le temps de le retenir qu'il est déjà parti, dans la direction opposée, et menace de s'enfoncer dans le parc. J'hésite une fraction de seconde, puis le suit. Je lance, en sa direction : Vous êtes faibles, MacMillan, incroyablement faible... Et j'adore ça. J'aurais aimé rajouter ces petits mots, mais je les tais. Sinon, tous ces efforts auraient été vains. Malgré tout, je le rattrape. Ma main trouve la sienne, et je l'oblige, avec une certaine douceur, à se retourner vers la sortie du parc. Vous ne deviez pas me raccompagner ? Pour les voleurs, violeurs, tout ça... Et aussi pour que je puisse continuer à respirer son parfum en marchant, à mater discrètement le moindre de ses muscles et à entendre sa voix suave. Je passe mon bras sous le sien, et sans réellement lui laisser le choix, je l’entraîne avec moi vers la rue.

_________________
    He was always there to help her, she always belonged to someone else... I drove for miles and miles And wound up at your door. I've had you so many times but somehow I want more... I don't mind spending everyday out on your corner in the pouring rain. Look for the girl with the broken smile, ask her if she wants to stay awhile... And she will be loved• feets&foot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam MacMillan

avatar

+ MESSAGES : 163
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : chirurgien plastique
+ CITATION : À la Fac de médecine, on a plus d’une centaine d’heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...

More about you
AGE: 39 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 6 Nov - 1:29

Adam & Juliet


Ca le démolissait plus qu'il ne l'aurait crû. Il devait se forcer à accomplir chaque pas. Pourquoi était-ce si difficile de faire ce qu'il faisait d'habitude ? Pourquoi avait-il soudain l'impression de jouer un rôle, alors que d'habitude il était juste comme ça et était très heureux ainsi ?

Mais il n'a pas davantage le temps de s'attarder sur la question des fondations fissurées des murailles de son coeur. Dès qu'elle aura disparu, qu'il aura gagné ce duel -car il le gagnera, c'est état de fait- tout redeviendra comme avant. Il colmatera les trous qu'elle a fait dans les murailles d'insensibilité dont il a entouré son coeur, et il redeviendra ce qu'il est. Mais pour l'instant, son coeur tressaillent lorsqu'il sent une paume chaude au contact de la sienne, et un bras le ramener vers la sortie du parc. Gardant comme ultime bouclier son demi-sourire et son humour, il lui lance :

« Je n'arrive pas à y croire. Juliet Hepburn qui a peur de rentrer toute seule ! »

Finalement, ils arrivent enfin à la sortie du parc. Quelques voitures passent le long de la route, mais les trottoirs sont déserts. Lui s'arrête, une idée lui venant soudain à l'esprit. Elle s'avance encore un peu, ignorant ce qui se trame dans l'esprit un rien surchauffé d'Adam. Oserait-il ? Encore un phénomène qu'elle provoque chz lui : alors qu'avec les autres femmes il n'a aucun problème à se montrer... engageant, avec elle il réfléchit à chaque fois.

Mais finalement, cédant à la tentation, il s'approche d'elle, jusqu'à se retrouver juste derrière elle. Il soulève alors doucement, du bout des doigts, sa longue crinière claire pour dégager la côté gauche de son cou, et murmure de sa voix suave, son souffle chaud effleurant l'épaule de Juliet :

« Vous parliez de faiblesse... »

Il marque une pause, ses deux doigts avançant doucement, pas à pas, sur on épaule puis sur son cou. Finalement, il ajoute, murmure plus bas, sa voix chaude coulant sans accroc :

« Que diriez-vous d'être faible avec moi ? »


_________________
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Grey's Anatomy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Hepburn
I Love Him more than I Love Myself, which is a lot because I'm narcissistic.
avatar

+ MESSAGES : 741
+ INSCRIT LE : 14/11/2011
+ EMPLOI : Romancière
+ CITATION : If everyone demanded peace instead of another television set, then there'd be peace. ♥

More about you
AGE: 38 printemps
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 6 Nov - 2:05

« Je n'arrive pas à y croire. Juliet Hepburn qui a peur de rentrer toute seule ! » Si il savait... Cette route je l'ai faite des milliards de fois... Peur? Non, pas là, pas ce soir. Néanmoins, j'entre dans son jeu en lui disant, après lui avoir donné une petite tape sur le bras : Ca vous arrange bien, Adam... Avouez-le !

Nous sommes à l'entrée du parc. Alors que je m’apprête à tourner sur la rue, je le sens bouger. D'une main il écarte mes cheveux qui tombent sur mes épaules et je sens son souffle se rapprocher de moi, de mon cou. Une frisson parcourt mon échine et est rapidement suivi d'une bouffée de chaleur dans tout mon corps. « Vous parliez de faiblesse... » Je me mords la lèvre. Je sens ses doigts qui parcourent ma peau. Chaque parcelle de mon épiderme qu'il touche semble prendre feu. « Que diriez-vous d'être faible avec moi ? » J'essaye de murmurer : Je... Mais renonce. Faisant volte face plus vite que mon ombre, je colle mes lèvres bouillantes aux siennes. Le baiser est plus intense que le premier, incandescent. Passionnées, nos langues se cherchent, se trouvent, et entament une valse endiablée au rythme des bâtiments de mon coeur qui n'ont cessé de s'accélérer. Je finis par rompre le baiser sans m'éloigner de son visage en murmurant : Il faut que je rentre... Mais mon corps refuse de bouger. Il campe sur place, à quelques millimètres d'Adam MacMillan.

_________________
    He was always there to help her, she always belonged to someone else... I drove for miles and miles And wound up at your door. I've had you so many times but somehow I want more... I don't mind spending everyday out on your corner in the pouring rain. Look for the girl with the broken smile, ask her if she wants to stay awhile... And she will be loved• feets&foot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam MacMillan

avatar

+ MESSAGES : 163
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : chirurgien plastique
+ CITATION : À la Fac de médecine, on a plus d’une centaine d’heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...

More about you
AGE: 39 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 6 Nov - 22:55

Adam & Juliet


La réaction de Juliet est à la hauteur des attentes du chirurgien : alors qu’elle fait volte-face, capturant ses lèvres pour un baiser fiévreux, une pensée, fugace mais frappante, traverse l’esprit du quarantenaire. Comment deux personnes, qui finalement se connaissent assez peu, peuvent-elles à ce point s’accorder naturellement ? Entre eux, pas besoin de mots. Pas d’hésitation pour troubler leurs échanges. Leurs corps semblent s’épouser à la perfection, leurs lèvres s’unir sans vide, sans accrocs.

Brusquement, l’envie de mettre fin à ce jeu débile, là, maintenant, lui serre les entrailles. Mais déjà, Juliet rompt le contact. Les lèvres se séparent, mais pas tout à fait les corps. Les souffles se mélangent, créant un seul et unique nuage de vapeur dans l’air froid de la soirée qui avance toujours. Les respirations, saccadées, s’accordent et s’apaisent lentement. Il faut que je rentre… Adam sursaute. Il s’était perdu dans la paire de pupilles fiévreuses qui croisaient les siennes, azur trouble.

Sa main se détache de la nuque de la jeune femme pour aller chercher une des siennes et la serrer fermement. Puis, sans un mot, il l’entraîne vers sa moto, garée plus loin. Il a besoin d’air. D’une grande bouffée d’air, sinon, si proche d’elle, avec cette électricité entre eux, il ne répond plus de rien. Il attrape son casque et l’enfila gentiment sur la tête de Juliet. Un sourire vint élargir ses traits : « La vitesse ne vous effraie pas trop, j’espère ? ». Pourtant, malgré l’humour qui est revenu, il ne parvient pas à dissiper les émotions et les sensations qui se bousculent.

Une fois Juliet installée, il enfourche la moto, met le contact. La mécanique rugit, puis gronde gentiment, fauve prêt à avaler la route. Adam sent deux bras lui enserrer la taille, et il sourit. Il tourne la main droite, et le fauve de métal avale le macadam en grondant. Il sait où elle habite. Il sait où il habite. Et bizarrement, alors qu’il devrait être un maître en ce genre de situation, il ne sait pas quoi faire. Alors il s’arrête à mi-chemin entre les deux immeubles. Le bolide pousse un soupir.

Une fois tous les deux sur la terre ferme, il hésite une seconde. Puis, son regard azur croisant celui de Juliet, il désigne d’un geste de la tête le café en bas d’un immeuble entre les leurs. « Je vous offre un verre ? ». La politesse est revenue, mais la tension est toujours là. Et ni l'un ni l'autre ne semblent se rendre compte que, instinctivement, leurs mains se sont liées.


_________________
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Grey's Anatomy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Hepburn
I Love Him more than I Love Myself, which is a lot because I'm narcissistic.
avatar

+ MESSAGES : 741
+ INSCRIT LE : 14/11/2011
+ EMPLOI : Romancière
+ CITATION : If everyone demanded peace instead of another television set, then there'd be peace. ♥

More about you
AGE: 38 printemps
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 6 Nov - 23:31

Ses doigts glissent le long de mon bras nu, et sa paume finit par enserrer la mienne. Nos mains semblent faites l'une pour l'autre. Elles se complètent à merveille, c'en est déconcertant. Je me laisse guider par sa poigne qui m’entraîne je ne sais où dans l'obscurité de la nuit profonde. Mais je n'ai pas peur. Je n'ai pas de doutes. Puis, je comprends. Je vois sa bécane apparaître au coin de la rue. Cette moto, je la connais par coeur. Ça serait mentir que dire qu'il ne m'arrive pas de m'attarder devant elle près de chez nous, espérant le voir arriver pour l'enfourcher et avoir un nouveau prétexte de conversation. Il serait aussi mentir que de dire que je n'ai jamais guetté à la fenêtre pour l'observer partir, le matin. Mais je le tais. Personne ne doit le savoir, surtout pas lui.

Il ajuste le casque à ma tête puis me demande, avec l'un de ses sourires qui me font fondre : « La vitesse ne vous effraie pas trop, j’espère ? » Encore un brin troublé par les évènements des instants précédents, je dis, sans trop réfléchir : Rien ne m'effraie plus, Adam. J'avoue ne pas comprendre moi même le sens de ma phrase, mais je fais comme si de rien n'était...
Nous démarrons. J'ai l'impression de voler, que le temps défile à toute allure alors que j'aimerais, moi, le ralentir. J'aimerais que nous habitions plus loin que Beacon Hill pour que je puisse nicher un peu plus ma tête au creux de son épaule et respirer ce parfum qui m'enivre.

Il s'arrête entre nos deux immeubles, mais, à ma grande surprise, ne me dit pas au revoir. Non, il m'invite à prendre un verre. Je rougis une nouvelle fois, sous le grand lampadaire, puis dis : Ecoutez... Alors que je voulais refuser cette proposition, ma bouche laisse échapper les mots que mon coeur rêvait d'entendre : ...pourquoi pas ! Avant de pouvoir réaliser ce qu'il se passait, ma main glisse dans la sienne tandis que nous nous engouffrons dans le café. Au loin je repère une petite table presque cachée, intime. Je nous guide vers celle ci, et m'installe sur l'un des deux sièges. Je n'aurais jamais pensé ce matin en me réveillant en être ici ce soir. Mais bon, qui vivra verra, comme on dit. Rainette n'en reviendra pas !

_________________
    He was always there to help her, she always belonged to someone else... I drove for miles and miles And wound up at your door. I've had you so many times but somehow I want more... I don't mind spending everyday out on your corner in the pouring rain. Look for the girl with the broken smile, ask her if she wants to stay awhile... And she will be loved• feets&foot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam MacMillan

avatar

+ MESSAGES : 163
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : chirurgien plastique
+ CITATION : À la Fac de médecine, on a plus d’une centaine d’heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...

More about you
AGE: 39 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mar 6 Nov - 23:48

Adam & Juliet


Et elle accepte. Comme ça, comme si de rien n’était, après des semaines de refus. Là, sur ce trottoir battu par les vents, alors qu’ils devraient se séparer et faire comme si de rien n’était, elle accepte. Peut-être que, comme lui, elle espère qu’un verre apaisera le feu qui le consume de l’intérieur.

Elle l’entraîne vers le café, et ils s’asseyent à une table intime, cachée. Ils commandent à boire, lui prend un whisky, il a besoin de quelque chose de fort, de quelque chose qui li rappelle que oui, il est toujours un homme, et pas un kinder qu’on a mis au four tant le moindre regard de Juliet le fait fondre intérieurement.

Le serveur leur amène à boire, Adam paye, puis le garçon s’en va. Et le silence les enveloppe. Un silence d’harmonie, au milieu du brouhaha des conversations, de l’odeur d’alcool et de café, dans l’atmosphère trouble de tous ces humains proches. Eux sont là, un peu sonnés, perdus dans un rêve dont il ignore qu’il est le même pour chacun d’eux. Et Adam se rend alors compte qu’il n’a rien à dire. Il n’a rien à dire parce qu’il n’y a pas de mot : tout ce dont il a envie, c’est du corps de Juliet contre le sien. A quoi servent les discours dans pareille situation ? A rien.

Il avale une lampée de whisky. Le liquide brûlant et parfumé lui rappelle soudain son enfance, l’Ecosse, les embruns, la tourbe. Il se sent soudain terriblement vivant. Ses yeux azurs, jusque là perdus, se tournent vers ceux, brillants, de Juliet. Ils savent, tous les deux, qu’il n’y a pas besoin de mots. Ils savent tous les deux qu’ils veulent la même chose. Mais ils savent aussi que cela marquera un tournant. Que rien ne sera plus jamais comme avant.

Qui des deux osera faire le premier pas, entraînant l’autre sur une pente si glissante qu’ils ne pourront résister à la chute ? Qui des deux prendra la décision qui changera sans doute leurs vies ?



_________________
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Grey's Anatomy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Hepburn
I Love Him more than I Love Myself, which is a lot because I'm narcissistic.
avatar

+ MESSAGES : 741
+ INSCRIT LE : 14/11/2011
+ EMPLOI : Romancière
+ CITATION : If everyone demanded peace instead of another television set, then there'd be peace. ♥

More about you
AGE: 38 printemps
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mer 7 Nov - 0:24

    Il commande un whisky. Ecosse oblige... Dans d'autres circonstances, je l'aurais suivi, mais pas ce soir. Je lève la tête vers le serveur de demande : Une tequila sunset, s'il vous plait. Je suis plutôt du genre tequila tout court, habituellement. Mais ce soir, je ne veux pas être saoule. Je veux être en mesure de profiter de chaque petite seconde de ce qu'il m'arrive.

    Nos consommations devant nous sommes là, à nous regarder dans le bland des yeux, un peu choses. Le silence qui règne n'est pas génant, non... Il est... évident. Comme si nous nous comprenions à demi-mots. J'avale une gorgée. puis deux, Puis trois. Ce moment semble ridicule. Tous les deux, dans un café, à boire un verre sans parler. Chaque parcelle de ma peau transpire le désir, et mes yeux reflètent assurément le trouble qui me gagne. J'ingurgite la dernière goutte du cocktail.

    Ce que je m'apprête à faire me tue, mais il le faut. Ce n'est plus possible. Je regarde Adam et lui dis : Je... Je crois que je vais rentrer Mal assurée, je me lève et m'approche de son oreille. Là, je murmure : Merci pour tout, MacMillan avant de déposer un doux baiser sur sa joue droite. Puis je me tourne et marche doucement vers la sortie. Oui, j'espère le voir arriver, encore. J'espère qu'il me suivra jusqu'à la porte de chez moi. Qu'il me rattrapera. J'espère qu'il insistera, encore. Je ne veux pas m'arrêter là. Mais je ne peux faire autrement. Les cartes sont dans vos mains, Adam.

_________________
    He was always there to help her, she always belonged to someone else... I drove for miles and miles And wound up at your door. I've had you so many times but somehow I want more... I don't mind spending everyday out on your corner in the pouring rain. Look for the girl with the broken smile, ask her if she wants to stay awhile... And she will be loved• feets&foot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam MacMillan

avatar

+ MESSAGES : 163
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : chirurgien plastique
+ CITATION : À la Fac de médecine, on a plus d’une centaine d’heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...

More about you
AGE: 39 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mer 7 Nov - 0:58

Adam & Juliet


Adam jette un regard désespéré à ce qu’il reste de son whisky, puis l’avale d’un trait. La tension qui le parcourt frôle l’insoutenable. Et ni l’air frais ni le whisky n’y ont rien fait. Puis soudain, elle se lève. Elle dépose un baiser léger sur sa joue, et il a l’impression que son visage prend feu tant ce contact le brûle. Puis elle s’éloigne et sort du café.

Et lorsque la porte se referme, et que la cloche qui pend au dessus tinte, quelque chose se brise en lui. Le barrage qu’il s’était imposé vole en morceaux, et le flot jaillit, puissant et inextinguible. Il se lève brusquement et sort du café en vent de bise. Il parcourt le trottoir à grandes enjambées. Il connaît son immeuble par cœur. Il se glisse dans l’entrée juste avant que la porte ne se referme, et entend derrière lui le déclic de la serrure.

Elle n’a pas le pied sur la première marche qu’il lui attrape doucement le bras, la forçant à se retourner pour capturer ses lèvres. A nouveau, sa main gauche glisse derrière ses reins, et l’autre soutient doucement sa nuque. Il ne réfléchit plus. Et il sait qu’elle non plus. Il n’y a plus ici de raison, de calcul, de jeu. Il y a du désir, pur, ininterrompu, prêt à les faire exploser tous les deux.

Les baisers s’enchaînent, leur laissant à peine le temps à tous les deux pour reprendre un peu d’air. Les langues se cherchent, se trouvent, et reprennent leur valse tendue. Et toujours sans réfléchir, sa main quitte sa nuque, et il la soulève, la portant en mariée et gravissant les escaliers quatre à quatre.

Il est temps de mettre fin à tout cela. Il est temps de donner les résultats du jeu.



_________________
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Grey's Anatomy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Hepburn
I Love Him more than I Love Myself, which is a lot because I'm narcissistic.
avatar

+ MESSAGES : 741
+ INSCRIT LE : 14/11/2011
+ EMPLOI : Romancière
+ CITATION : If everyone demanded peace instead of another television set, then there'd be peace. ♥

More about you
AGE: 38 printemps
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mer 7 Nov - 1:20

    Ne te retourne pas Jule's ! Ne fais pas cette connerie, surtout, je t'en conjure ! Malgré toute la difficulté de la chose, je parviens à ne pas jeter un coup d'oeil en direction du chirurgien et quitte le café comme si rien de n'y était passé. Quand la porte se referme derrière moi, je ne peux m'empêcher de marquer une courte pause, légèrement déçue. Reprenant mes esprits, je tire mon jeu de clefs de ma poche pour ouvrir la porte principale. Je ne les range pas, de toutes façons j'en aurai besoin bientôt pour ouvrir mon appartement.

    Une main m'attrape le bras et, alors que je me retourne, l'on me vole mes lèvres. Celles ci, bien que très occupées, esquissent un sourire. Les yeux fermés, je le laisse m'embrasser. Ses baisers sont doux mais intenses. Si... indescriptibles. Je me sens soulevée du sol. Me portant au creux de ses bras, il monte les escaliers. Une main posée sur sa joue, je continue à l'embrasser, ne voulant rompre les baisers pour rien au monde.

    Une fois devant ma porte, je redescend sur mes pieds et reprends possession de mon corps. Entre deux baisers, je dis, taquine : Comment connaissez vous mon étage, MacMillan? Un nouveau baiser. Je finis par me détacher de lui, pour ouvrir la porte. Je l'attire à l'intérieur par le col et claque la porte de mon pied. Tant pis pour les voisin, je ne suis pas chiante souvent. Je plaque Adam contre la porte, et l'embrasse dans le cou alors que ma main cherche à tâtons l'interrupteur.

_________________
    He was always there to help her, she always belonged to someone else... I drove for miles and miles And wound up at your door. I've had you so many times but somehow I want more... I don't mind spending everyday out on your corner in the pouring rain. Look for the girl with the broken smile, ask her if she wants to stay awhile... And she will be loved• feets&foot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam MacMillan

avatar

+ MESSAGES : 163
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : chirurgien plastique
+ CITATION : À la Fac de médecine, on a plus d’une centaine d’heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...

More about you
AGE: 39 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mer 7 Nov - 2:14

Adam & Juliet


the very adapté gif Razz:
 

Il sent les lèvres de l’écrivaine se tendre sous les siennes. Un sourire… Et il répond par un sourire lui aussi. Oui, d’accord, elle a sans doute en partie gagné. Mais qu’importe. Il continue à gravir les escaliers, et s’arrête finalement à son étage. Elle est aussi légère qu’une brindille, et il respire à peine plus fort tant l’effort a été léger. Il la laisse redescendre sur ses pieds, juste le temps pour elle d’ouvrir sa porte. Comment il connaît son étage ? Il étouffe sa question d’un baiser, réfrénant difficilement un sourire.

Lorsqu’enfin la porte s’ouvre, Juliet l’attire à l’intérieur et la porte se reclaque derrière eux. Une main qui cherche à tâtons un interrupteur, et qui finalement ne le trouve jamais. Des gestes saccadés, des baisers qui s’emballent, des mains qui glissent sur la peau de l’autre et jouent avec les formes. Des vêtements qui tombent dans un froissement léger. Et la passion qui, soudain, prend corps.

* * *

Ce n’est au début qu’un rayon léger. Un titillement qui, perçant la barrière de ses paupières, vient agacer ses iris. Il grogne faiblement, puis ouvre doucement les yeux. Quelque chose bouge contre lui, plutôt quelqu’un. Il retient un bâillement et ses neurones engourdis tentent désespérément de repêcher des souvenirs noyés dans le whisky et la folie de la veille. Finalement, il ouvre les yeux, passe une main sur son visage pour tenter d’éclaircir tout cela.

Il remarque alors seulement qu’il n’est pas chez lui. Allons bon… Chez qui s’est-il encore dormi cette nuit, après plusieurs verres et des propos sans doute tous plus ineptes les uns que les autres ? Quelques compliments, quelques sourires, beaucoup d’alcool, et voilà. La recette a fait ses preuves. Alors il baisse les yeux sur la forme qui dort encore contre lui…

Et son cœur rate un battement.

Juliet.

Et merde.

Il fait quoi maintenant ? Il ne peut pas partir comme il le fait toujours. Ce ne serait pas… Enfin, si ça tombe, c’est ce qu’elle veut. Ou pas. Ou peut-être que si. IL FAIT QUOI MAINTENANT, NOM DE DIEU ?

Pendant qu’il réfléchit (ou en tout cas tente de faire quelque chose qui s’en approche), sa main a instinctivement commencé à jouer avec les cheveux châtain clair de Juliet. En fait, il meurt d’envie de rester. Il sait bien qu’au fond de son cœur, c’est ce qu’il désirerait le mieux. Il descendrait leur chercher un p’tit déj, remonterait, et ils passeraient la matinée là, à paresser. Comme avec Emily.

Son cœur se serre, et les murailles blindées se referment aussitôt. Alors, il se lève doucement, sans la réveiller, et enfile ses vêtements. Il dépose un dernier baiser tendre sur son front, puis s’éclipse, fermant doucement la porte d’entrée. Il sait qu’à partir de maintenant, il ne faut plus réfléchir. Il faut enfouir sa culpabilité profondément, et ne plus y penser. Il descend les marches quatre à quatre, bousculant presque une mamie, et sort de l’immeuble. Il est déjà tard. Il inspire l’air frais à grands goulées, et regarde sa montre. Il est déjà en retard. Alors il se dirige vers sa moto, enfile son casque, et démarre. Le rugissement de la moto retentit dans toute la rue. Il jette un dernier regard vers la fenêtre de Juliet… puis démarre.

Peut-être est-elle réveillée. Peut-être l’a-t-elle vu.

Mais ce qu’elle ne verra jamais, c’est la larme qui roule le long de sa joue, sous son casque.




_________________
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Grey's Anatomy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Hepburn
I Love Him more than I Love Myself, which is a lot because I'm narcissistic.
avatar

+ MESSAGES : 741
+ INSCRIT LE : 14/11/2011
+ EMPLOI : Romancière
+ CITATION : If everyone demanded peace instead of another television set, then there'd be peace. ♥

More about you
AGE: 38 printemps
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   Mer 7 Nov - 2:42

    Un vrombissement de moto dans la rue me réveille. Je n'ouvre pas les yeux. Un léger sourire aux lèvres, je me remémore chaque minute de la veille. Les frissons, les sensations, tout revient. Mes paupières se soulèvent, doucement, et ma main droite cherche Adam du bout des doigts dans le lit. Mais plus ceux-ci progressent, moins je ne sens de présence. Seulement le tissus du drap qui glisse. Ne trouvant personne, je finis par me redresser, cachant ma poitrine nue à l'aide de l'épaisse couette de coton mauve. Vide. Le lit est vide, la chambre est vide. Le pantalon sur la chaise, le caleçon jeté par terre et la chemise à l'entrée ont disparu. Plus rien.

    Je me laisse retomber en arrière, soupirant. Je le savais. Je n'aurais jamais du. C'est moi la perdante dans l'histoire. Il m'a fait espérer, rêver, fantasmer... Mais pour lui je ne serai jamais qu'une de ses conquêtes qu'il ajoute inexorablement à son tableau de chasse. Maintenant il pourra dire : Juliet Midnight? Oh, oui, c'est un bon coup ou se vanter d'avoir baisé un écrivain. Il ne saura jamais que pour moi c'est bien plus que ça. Plus qu'un simple coup d'un soir. Il ne saura pas que je rêvais en silence de ce moment depuis plusieurs mois. Une larme amère roule sur ma joue. Bientôt, c'est plus qu'une larme. Je me sens sangloter, sans pouvoir lutter. Pathétique, je finis par dire, criant presque : Mais quelle Conne Juliet ! Quelle conne ! J'enfouis mon visage dans l'oreiller dans l’espoir d’étouffer mes soubresauts.

Il n'y a que dans les romans de Juliet, qu'elle a droit à son Happy Ending...

_________________
    He was always there to help her, she always belonged to someone else... I drove for miles and miles And wound up at your door. I've had you so many times but somehow I want more... I don't mind spending everyday out on your corner in the pouring rain. Look for the girl with the broken smile, ask her if she wants to stay awhile... And she will be loved• feets&foot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: All you can do is keep breathing • Juliet   

Revenir en haut Aller en bas
 

All you can do is keep breathing • Juliet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» juliet ~ life is a big nightmare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS OR NOTHING :: BOSTON - DOWNTOWN :: › › BOSTON COMMON-