AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nolhàn L. Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 83
+ INSCRIT LE : 30/10/2012
+ EMPLOI : Chirurgien Cardiothoracique au Boston Medical Center.
+ CITATION : Croire en soi, c'est déjà presque réussir.

More about you
AGE: 32 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mar 30 Oct - 6:20


I want you to know with everything, I won't let this go.
@ TUMBLR & Sum 41 CREDIT OBLIGATOIRE.


Nolhàn Lane Jefferson
32 ANS / TITULAIRE EN CHIRURGIE CARDIOTHORACIQUE / BOSTON
MARIÉ / THE REASON / ED WESTWICK

✣ ✣ ✣
Décrire ici tous les points importants concernant votre personnage. Ses manies, ses tics, des points de son passé, ses hobbies, sa couleur préférée, laissez libre court à votre imagination. Cette partie étant très libre, nous demandons au minimum sept points, simplement.

+ CARACTÈRE ; Nolhàn est un être indépendant pour qui la liberté est quelque chose d’important, un éternel amoureux de la vie et de ses plaisirs qui s’éclate littéralement dans son travail. Séducteur, conquérant, il a toujours aimé plaire, draguer, mais il reste néanmoins un homme fidèle dès l’instant où son cœur est réellement emprisonné par une jeune femme… en l’occurrence, son prénom commence par un T. C’est un homme dynamique, talentueux, sûr de lui et sociable au caractère fort et passionné. Ardent et sensuel sur l’oreiller, il peut être cassant et ironique dans la vie quotidienne, tout autant que taquin et sympathique. Par ailleurs, possessif et jaloux, il n’est pas partageur, et il est clair que prendre le risque de toucher à ce qui est à lui pourrait vous attirer ses foudres et sa rancœur. Et Dieu seul sait à quel point il est tenace et déterminé. Impatient et nerveux, il reste quelqu’un qui a besoin de se dépenser, de se décharger, ou bien encore d’avoir un but à viser. Très intuitif, il a toujours fonctionné à l’instinct et cela lui a jusqu’ici plutôt bien réussi. Malgré tout, ce qu’il faut noter, c’est que s’il apprécie par instant la solitude, à long terme, il préférera toujours être mal accompagné que seul. Ainsi, il s’avère plutôt doué pour les contacts et les négociations, il possède d’ailleurs une grande aisance pour s’exprimer oralement.
+ Nolhàn a été adopté quand il avait six mois, il l'a appris durant son adolescence et cela ne l'a pas plus perturbé que ça, puisqu'il a continué sa vie comme si de rien n'était... dans le sens j'en profite au maximum.
+ C'est un excellent chirurgien, mais il désire devenir encore meilleur et faire une grande et belle carrière. Il adore son métier, il s'y éclate comme d'autres s'éclatent à parier sur des chevaux. L'adrénaline est toujours au rendez-vous.
+ Il sait jouer de la guitare, une lubie de son adolescence qu'il ressort à l'occasion, mais de plus en plus rarement puisqu'il passe de plus en plus de temps au travail.
+ Il ne peut pas commencer la journée sans un café noir sans sucre et sans crème.
+ Au réveil, il a pour habitude d'aller faire de l'exercice. De la course à pieds généralement, mais à l'horizontal c'est bien aussi.
+ Comme les gosses, il déteste les épinards. Il a toujours dit qu'il avait l'impression de manger de l'herbe... et l'herbe c'est pas bon, tout le monde vous le dira.




Citation :
PSEUDO/PRENOM + SLM. ÂGE + 21 ans. CONNEXION + 4/7. COMMENTAIRE(S)/CASSDEDI + Il était une fois...



Dernière édition par Nolhàn L. Jefferson le Mer 31 Oct - 13:39, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhàn L. Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 83
+ INSCRIT LE : 30/10/2012
+ EMPLOI : Chirurgien Cardiothoracique au Boston Medical Center.
+ CITATION : Croire en soi, c'est déjà presque réussir.

More about you
AGE: 32 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mar 30 Oct - 6:20

Once upon a time… parce que c’est comme ça que toutes les histoires commencent. Du moins, celles que l’on ne devrait pouvoir dater, celles qui restent intemporelles et illusoires. Les contes de fée, cruels ou qui finissent bien. Celle-ci avait déjà commencé quelques semaines plus tôt par quelques coups de fil entre un avocat et une fille de quinze ans enceinte de six mois, autant dire que cette grossesse remettait un peu tout son avenir en jeu, et que le garder ruinerait ses chances d’aller à la fac et de se donner une chance dans la vie. L’avenir minable auquel elle destinait son bébé avait fini par la convaincre qu’elle ferait mieux de le laisser à une autre famille. Elle avait ainsi cherché dans les journaux les petites annonces, et était tombée sur celle d’un avocat qui pouvait mettre en relation mère et famille d’adoption.

Voilà pourquoi, aujourd’hui, cette même jeune fille pénétrait dans le hall imposant de la demeure Jefferson, ses yeux glissant sur cet endroit plus riche que n’importe quel autre lieu qu’elle avait pu voir jusqu’ici. Ses lèvres n’en finissaient pas de s’extasier sur ce qui l’entourait, tandis qu’elle tournait sur elle-même, surprise et finalement presque conquise. Si ces gens n’étaient pas des connards finis, elle avait déjà fait son choix. Son fils… puisqu’il s’agissait d’un garçon, grandirait ici. « Lily ? » appela une voix féminine depuis un coin du hall, laissant la jeune fille se retourner pour croiser le regard d’une jolie femme blonde… et surtout stérile, qui l’accueillit avec un grand sourire chaleureux. Car après tout, celle qui était à présent chez elle allait lui offrir la chance d’avoir enfin un enfant et elle ne pouvait que l’apprécier pour cela, et chercher à lui faire le meilleur effet.

Elle hocha la tête pour répondre positivement à sa question, et ajouta : « C’est vachement classe chez vous. » ce qui fit sourire Katherine Jefferson, qui reprit la parole… « Tu veux boire un chocolat ? Il y en a de prêt dans le salon. Mon mari nous y attend justement. » Alors qu’elle la suivait, les deux femmes se mirent à bavarder en chemin, tant et si bien que le soir même, Lily signait le contrat d’adoption qui lui retirerait ses droits parentaux, à elle et au… père de l’enfant. Un garçon. Mais elle ignorait lequel, ayant eu plusieurs expériences sexuels avec des partenaires tous différents. C’était difficile à avouer, et pourtant…

Et lorsqu’enfin, le bébé qu’elle portait s’extirpa de son ventre, elle refusa de le regarder, de le prendre dans ses bras, de l’allaiter. Pour elle, il n’existait pas, il n’était que le fruit d’une erreur, et déjà l’enfant d’une autre. Katherine et James, eux, ne se firent pas prier pour prendre ce tout petit garçon dans leurs bras, et puisqu’il était en bonne santé, pour le ramener assez rapidement chez eux, chez lui. Ils le baptisèrent Nolhàn Lane Jefferson, seul héritier d’une fortune colossale.


J’avais grandi, j’avais à peine quatorze ans lorsque j’ai découvert par le plus grand des hasards et surtout une grande curiosité que j’avais été adopté. Les aléas de la génétique comme on dit… je venais d’avoir un accident tout bête et les médecins m’avaient fait une prise de sang et déterminés mon groupe sanguin, qui n’aurait toujours simplement pas dû être O négatif. Quand celui de mes parents étaient, et pour les deux, A positif. J’avais déjà fouiné, j’avais déjà regardé, puisque la médecine m’avait attiré très tôt dans ses jupons, à tel point que mes parents se doutaient déjà que je finirais très certainement par m’orienter dans cette voie particulière de la vie. Mais au fond, cette découverte ne m’a pas tant bouleversé que cela… certes, j’ignorais d’où je venais, qui n’avait pas voulu de moi, mais regardez un peu autour de vous bon sang ! J’avais une vie de rêve ! Tout ce que je voulais, des parents, même s’ils ne l’étaient pas par la génétique, attentifs et aimants. Certains de mes potes auraient tué pour grandir comme moi je l’avais fait.

Sur le coup, je leur en ai parlé pour savoir et tout connaître. C’est comme ça que j’ai su son prénom, mais refusé de connaître son nom de famille. Pour découvrir qu’elle avait d’autres enfants, une nouvelle famille et se fichait totalement de moi ? Non merci. Ma famille me suffisait amplement. J’étais adopté ? Et alors ? Comme plein d’autres gamins à travers le monde, et personne n’en est jamais mort. Mais peut-être qu’au fond, cela m’a tout de même fait quelque chose, puisque cela a été comme un déclic, à suivre d’autres garçons de mon âge du genre mauvais garçons, groupe duquel j’ai fini par prendre plus ou moins le rôle de chef. C’était presque naturel, je disais quelque chose, systématiquement, on m’écoutait. Ca allait de paris sur les filles encore vierges à déflorer, aux pétards sur le toit du lycée, en passant par des moqueries sur ceux qui étaient trop propres sur soit ; les sportifs à la gomme qui crânaient sans forcément avoir la matière grise qui suivait dans leur petite cervelle de piaf ; les petites filles à maman bien trop sages et trop proprettes ; les petits génies à lunettes qui passaient leur temps dans le club d’échec.

Mais j’avais beau faire le con, avoir une réputation de mauvais garçon qui laissait supposer, et à raison, que je me moquais de tout, que je me contentais de profiter de la vie, de draguer des filles, de les allonger en leur laissant parfois croire qu’elles pourraient me changer, mais il n’en restait pas moins que j’étais premier de ma classe, ce qui choquait la plupart de mes camarades lorsqu’ils l’apprenaient, incapables de comprendre que d’une, j’avais des facilités, et que de deux, je savais être sérieux pile quand il le fallait. Je fus celui qui fit le discours de fin d’année des terminales le jour de notre diplôme parce que j’étais le meilleur de ma promo. Une aberration aux yeux du proviseur, mais il avait dû s’y faire, alors que j’étais accepté en fac de médecine l’année suivante. Parce que je n’avais pas perdu de vue mon objectif, il s’était même affiné ; je voulais être chirurgien. La spécialité n’était pas encore définie, mais cela viendrait avec la pratique de l’internat.

Et je pouvais dire sans me tromper, que j’avais trouvé ma voix, même si c’était tout juste le premier jour. Même si à côté de ça, je ne comptais sûrement pas laisser tomber mes sales habitudes qui faisaient littéralement horreur à la fille qui se trouvait là-bas, assise toute seule, à cette fête organisée par un terminal qui avait invité les étudiants. Cela arrivait souvent, sûrement parce que les deux bâtiments étaient relativement proches, ou bien parce que c’était un héritage qui se transmettait d’année en année, mêlant les générations lycéennes et étudiantes dans des fêtes qui pouvaient être juste phénoménales ou emmerdantes. Ce soir, et parce qu’une nouvelle année se dessinait devant moi, j’avais besoin de nouveaux défis, et je pouvais dire tout ce que je voulais sur mademoiselle de bonne famille trop sage, elle était tout simplement canon, le genre de fille sur lesquelles je pouvais bien fantasmer durant des semaines et… peut-être parce que je savais qu’elle m’enverrait promener, je la désirais d’autant plus.

« T’as plus de chance de voir des anges te sortir du cul que de sortir avec une fille comme ça. » cita la bonde qui venait se lover contre mon dos, se glissant lascivement sur le devant pour me regarder dans les yeux et chercher à m’embrasser. Elle citait Titanic, me comparant à un Jack et la brunette à une Rose, mais ces deux personnages n’avaient-ils pas contredit tous les stéréotypes ? A un détail prêt… ils étaient amoureux, ce qui ne faisait pas spécialement parti de mon plan. Plantant la jolie blonde en la repoussant d’un sourire moqueur… « On parie ? » Tandis que je me dirigeais tout droit sur la jolie brune que je savais non réceptive à mes plans dragues habituels, et ce fut donc pour de mauvaises raisons que je suis allé l’aborder : « Je t'offre un verre, Shell ? » Décision du jour : j'allais commencer à apprendre à la connaître si les approches habituelles ne fonctionnaient pas. C'était une grande première pour moi, et aussi surprenant que cela puisse l'être, j'ai commencé à vraiment l'apprécier.

La jolie brunette se teintait de profondeur tandis qu'un jeu de chat et de souris s'instaurait entre nous. Un jeu qui sans même que je m'en rende compte me laissait m'attacher à elle, l'appréciant de plus en plus et peut-être un peu trop. En vérité, je commençais à craquer pour elle, moi ! Piégé comme un gosse d'une fille que j'avais de plus en plus envie d'embrasser pour une autre raison que simplement l'allonger. Alors un énième soir, j'ai tenté ma chance après lui avoir demandé ce qu'elle dirait si j'osais le faire, et sa réponse fut comme une permission, une invitation même à goûter enfin à ces lèvres roses et délicates. La douce et radieuse petite fille sage et l'audacieux mauvais garçons qui se retrouvaient à s'embrasser comme des adolescents boutonneux : on a commencé à sortir ensemble, et je ne me contentais que d'elle, car il n'y avait qu'elle.

Elle me tenait, c’était le mot, j’étais complètement fou d’elle, capable de m’emporter quand un mec cherchait à l’approcher, me montrant possessif avec elle. J’étais tombé amoureux d’elle sans même m’en rendre compte, et elle fut la première fille que j’ai ramenée chez mes parents… qui ont bien compris combien je pouvais tenir à elle. Et c’était peut-être con, idiot, et totalement stupide, mais contrairement à certains de mes amis qui continuaient à vivre comme des célibataires endurcis, ou qui même s’ils avaient une copine, étaient plutôt du genre à éviter la corde au cou, j’étais allé voir ma mère pour lui demander la bague de fiançailles de ma grand-mère. Jouant sûrement son rôle de maman, elle m’avait demandé si j’étais sûr… est-ce qu’on peut jamais être sûr d’avoir trouvé la bonne ? LA fille qui vous ferait renoncer à toutes les autres ? Non, et pourtant je l’étais. J’étais certain qu’elle était la femme de ma vie et que je ne serais qu’un pauvre idiot si je ne la demandais pas en mariage avant qu’un autre le fasse. Theddie était juste la fille qui m’arrachait des sourires avec sa maladresse et sa bonne humeur, qui m’exaspérait avec sa franchise mais que je n’imaginais pas autrement, avec laquelle j’adorais passer des soirées au coin du feu, une guitare en main, et elle entre l’instrument et moi.

Il y avait toujours les études à la fac, des études qui me prenaient du temps, et pourtant, j’en trouvais toujours pour elle. Et l’université possédait tout un tas de recoin dans lesquels il était possible de l’attirer pour profiter de ses lèvres, de sa peau, de son être tout entier, comme un drogué en manque de la seule chose qui pourrait apaiser son corps. Elle était ma drogue, celle qui me rendait heureux, même s’ils nous arrivaient de nous prendre la tête parce que nous étions différents. J’adorais les réconciliations après les bas, et cela mouvementait notre quotidien à longueur de temps.


Alors un jour, après m’être assuré qu’elle m’aimait, comme pour être certain de ne pas me faire envoyer paître, je lui ai simplement glissé un « Épouses-moi. » qui n’eut pour réponse qu’un « Quoi !? » surpris. Je la comprenais, d’autant plus que je n’étais pas le genre de garçon que, déjà, on imaginait facilement dans un couple durable, stable et fidèle, alors une demande en mariage, que je me glisse moi-même ce nœud coulant autour de la gorge devait lui sembler complètement dingue. « Pas maintenant mais plus tard, je veux que l'on se marie… » ai-je donc ajouté pour la tranquilliser, guettant à présent sa réponse qui ne tarda pas. « D’accord. », répondit-elle, me laissant extirper de ma poche cette bague drapé d’un tissu. « Tu n’imagines pas les efforts que j’ai dû faire pour convaincre ma mère que tu étais celle qui serait digne de porter la bague de ma grand-mère. » avais-je ajouté, un sourire taquin venant s’appliquer sur mes lèvres. Ce n’était pas entièrement faux, mais je lui glissais simplement qu’elle était assez importante pour moi pour avoir le droit de porter cette bague qui avait une importance toute particulière dans la famille.

Notre mariage fut à la hauteur de notre couple, un mélange de ce que nous aimions tous les deux, même si les détails m’avaient juste passé au-dessus de la tête. Franchement, comme si la couleur des napperons ou les petites décorations de tables m’intéressaient ! Mais c’était une évidence pour tout notre entourage… on était obligé de finir marié avec quatre gosses dans les pattes. Sauf que pour les enfants, je n’étais pas si chaud que cela, pour le moment en tout cas. Avec les études, ma carrière… je prenais les réflexions sur ce sujet d’une petite boutade, qui pourtant disait clairement qu’ils aillaient tous un peu vite en besogne. Le mariage était déjà une première étape, et non des moindres. Nous fûmes donc les premiers mariés dans mon entourage proche, les premiers à profiter des grandes vacances pour partir en lune de miel, les premiers à… non pas à vivre ensemble, puisqu’il était sûrement plus simple d’habiter ensemble que de passer l’étape mariage et tout ce qui allait forcément avec. Trois ans… trois de vie de couple où le mariage s’était glissé et où tout allait pour le mieux, malgré nos petites disputes habituelles, nos prises de têtes que tous les couples devaient connaître, et nos moments de pur bonheur qui en suivaient.

Puis ce fut elle qui m’en parla un soir, de ces enfants qui se faisaient encore absent, mais que je ne voyais tout simplement pas comment concilier avec notre vie. Inconsciente que mes amis me charriaient déjà sur la question depuis un moment. « Lane dis-moi, combien d'enfants tu veux qu'on ait ? » me demanda-t-elle alors que j’étais en train de me déshabiller, un soir, alors que je venais de faire glisser la fermeture de mon pantalon. Sa question m’agaçait, je me doutais de ce qu’elle pouvait signifier… elle en voulait, et pourquoi pas maintenant ? Et pourquoi pas s’endetter pour les jolies fesses d’un bébé tout rose et mettre de côté pas mal de nos projets aussi ? « Sérieusement Theddie ? Alors qu'on est sur le point d'aller dormir ? » demandais-je quelque peu méfiant, n’ayant pas vraiment envie d’aborder le sujet, surtout que cela risquait de déboucher sur une dispute, alors que j’avais envie jusque là, de l’attirer dans mes bras, et de laisser mes lèvres courir sur sa peau. « Pourquoi tu es sur la défensive ? C’est juste une question.» répliqua-t-elle, jouant sûrement la carte du… j’aurai attendu que tu sois prêt. « Je n'en sais rien, en fait je n'y ai pas vraiment réfléchi, mais je sais que je n'en veux pas un maintenant. » lui répondis-je alors en la regardant dans les yeux pour guetter la réaction qu’elle pourrait avoir, et qui se résuma à un simple mot : « Oh...» C’était bien la première fois qu’elle ne trouvait rien de plus à répliquer, et comprenant qu’elle le prenait sûrement mal, je me glissai à mon tour sous les couvertures, me rapprochant de celle qui faisait battre mon cœur, qui arrachait quelques battements saccadés à mon palpitant. « Théo'.. Ce n'est pas que je ne veux pas d'enfants avec toi. C'est juste qu'avec nos carrières je pense que l'on devrait attendre un peu avant d'avoir un ou plusieurs enfants » Elle me fixa durant un petit moment sans répondre, avant de finalement se tourner dans le lit pour me montrer son dos et répondre… « Ok Jefferson, bonne nuit. » Ce qui m’arracha un soupir, alors que je me glissais près d’elle, mes lèvres se déposant sur son épaule en quelques petits baisers tendres. « Théo'… » mais elle ne répondit pas, faisant la carpe ou jouant à celle qui s’était déjà endormie. Me laissant retomber sur le dos, je laissais alors mon regard se perdre sur le plafond… ce n’était pas réellement une dispute, et pourtant, c’était une question qui était d’une grande importance et sur laquelle nous n’étions pas parvenu à nous mettre d’accord.


« Encore là ? » me demanda l’un de mes collègues de travail, chirurgien tout comme moi en se glissant dans l’ascenseur avant que les portes ne se referment. Sa question ne sous-entendait rien d’autre qu’une simple constatation, il avait vu, au fil du temps, que je passais de plus en plus de temps à l’hôpital, et moins chez moi. Je prétextais du travail à finir, rendait mes dossiers en temps et en heure, ce qui réjouissait les gestionnaires mais qui ne trompait nullement sur l’état de mon couple, et sur la tension qui régnait lorsque je rentrais chez moi. La routine, ou peut-être tout simplement le temps s’était installé entre nous, et nous avions commencé à nous éloigner petit à petit… sans qu’on ne le réalise vraiment.

Lorsque je rentre, j’ai l’impression que la seule chose que l’on sait faire, c’est se disputer, se prendre la tête pour des trucs qui n’ont aucune importance. Alors pour éviter ça… on s’évite et je passe de plus en plus de temps avec mes patients, ou à remplir de la paperasse, à écrire un article, à réaliser des recherches, à me renseigner sur les nouvelles techniques à la mode. Je suis doué dans ma branche, et ça tout le monde le sait… on parle de moi dans le métier, on se doute que bientôt je ferai sûrement de grande chose, j’ai donc une belle carrière en perspective, mais mon couple prend l’eau… Pourtant, il est sûr et certain que je ne supporterais pas de perdre ma femme. Je l’aime à en crever, mais je ne sais tout simplement plus comment faire pour simplement lui parler sans qu’on finisse par s’entretuer verbalement. Les seuls moments où tout semble aller bien, les seuls instants où l’on se retrouve, c’est lorsque nous faisons l’amour…

Certains se contenteraient de baiser quand plus rien n’irait dans leurs couple, moi je lui fais l’amour avec toute la passion, toute l’ardeur et la force des sentiments que j’ai pour elle. Parce que je l’aime toujours… et que les autres filles ne m’intéressent pas. Même les petites internes ou les infirmières qui lorgnent un peu trop dans ma direction et me font des avances… Un flirt, un jeu de drague, mais elles déchantent rapidement quand elles réalisent que je ne compte pas aller plus loin. Néanmoins, elles ne sont pas aveugles et voient bien que je passe beaucoup de temps à l’hôpital pour un homme marié et comblé, alors elles ne désespèrent pas… Mais j’aime Theddie, et si je la perdais… aucune femme ne serait capable de combler le vide et la douleur qu’elle laisserait en moi. Je tiens à elle, j’ai besoin d’elle… mais nos petits jeux dans la salle de repos lorsqu’elle venait me voir n’existent plus. Je ne sais pas quoi faire pour arranger les choses, et j’ai peur qu’en abordant le sujet franchement, je n’ai pour seul résultat que de la perdre. Alors je continue, je me noie sous ce travail que j’adore, et j’attends. Quoi ? Je n’en sais rien… un miracle peut-être.

« De la paperasse à terminer. » répondis-je, mais le regard équivoque de mon collègue parla à sa place. Il se doutait bien que cela n’allait pas fort avec ma femme. Sauf que contrairement à ce qu’il pouvait imaginer, ce n’était pas mes heures de travail les responsables… du moins le pensais-je. Ceux que je m’imposais à présent sûrement, mais mes anciens ? J’avais du mal à y croire… Il était déjà passé quatre heures du matin lorsque je rentrais enfin chez nous et que je pris une douche rapide avant de me coucher dans notre lit où elle dormait déjà. Ce qui était normal… J’aurais pu rentrer plus tôt, mais je ne l’avais pas fait. A cette seconde, alors qu’elle dormait, aucune dispute n’éclaterait, aucun problème ne se glisserait, aussi profitais-je de ce moment pour repousser une mèche de ses cheveux de ses traits et la regarder. Elle était toujours aussi belle, une somptueuse maîtresse, une femme exceptionnelle… et j’avais l’impression qu’un fossé nous séparait malgré les sentiments que j’avais pour elle. Ce fut ainsi, dans cette contemplation que je m’endormis, et lorsque j’ai ré-émergé, elle n’était plus là, et sa place était froide.



Dernière édition par Nolhàn L. Jefferson le Mer 31 Oct - 13:46, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebe Shell-Monroe
ONCE UPON A TIME, WE BURNT BRIGHT
avatar

+ MESSAGES : 345
+ INSCRIT LE : 28/10/2012
+ EMPLOI : Organisatrice d'événements.

More about you
AGE: 33 YO.
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mar 30 Oct - 9:53

Mon beau frère.
Bienvenue ici, bg. Un lien s'impose (a) I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jax Marshall

avatar

+ MESSAGES : 454
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : arnaqueur en vrai, plombier en faux ~

More about you
AGE: 34 ans ~
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mar 30 Oct - 10:10

Oh merde, j'avais oublié combien ce mec était canon
Je te souhaite la bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Montgomery-Jones
Off with her Head
avatar

+ MESSAGES : 359
+ INSCRIT LE : 25/10/2012
+ EMPLOI : Responsable du service juridique au Boston Times

More about you
AGE: 30 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mar 30 Oct - 10:13

Bienvenue sur 30YON !

Si tu as la moindre question, n'hésite pas
Bon courage pour ta fichounette !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Wilson
CHARMING SINGER ✻ that's what I love about your love, knocks me off.
avatar

+ MESSAGES : 293
+ INSCRIT LE : 31/10/2011
+ EMPLOI : propriétaire de plusieurs boîtes de nuits avec son mari.

More about you
AGE: 34 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mar 30 Oct - 12:04

ED, c'est dommage on le voit de moins en moins, mais bienvenue chez nous

_________________

«Vous vous arrêtez une seconde et vous restez en arrière... Plus on tente d’aller de l’avant, plus le fait de ne jamais regarder en arrière est tentant. Le passé fait toujours surface pour nous botter le cul. Parfois on apprend de nouvelles choses sur le passé, qui changent tout ce que nous savons sur le présent.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kit Newman

avatar

+ MESSAGES : 66
+ INSCRIT LE : 29/10/2012
+ EMPLOI : Professeur de cinéma

More about you
AGE: 46 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mar 30 Oct - 15:10

Victoria Wilson a écrit:
ED, c'est dommage on le voit de moins en moins, mais bienvenue chez nous

+1
Bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theddie Shell-Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 546
+ INSCRIT LE : 28/10/2012
+ EMPLOI : PROPRIÉTAIRE D'UN CAFE

More about you
AGE: 30 y.o
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mar 30 Oct - 15:19

amour de ma vie, t'es juste seksy
Encore une fois bienvenue sur le forum et encore merci d'avoir pris mon scénario I love you
Si tu as une question ou autre mpottes-moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhàn L. Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 83
+ INSCRIT LE : 30/10/2012
+ EMPLOI : Chirurgien Cardiothoracique au Boston Medical Center.
+ CITATION : Croire en soi, c'est déjà presque réussir.

More about you
AGE: 32 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mar 30 Oct - 17:53

Merci tout le monde
Sans problème Phoebe, ma belle-soeur

Merci mon petit ange
Je risque (a)

Serait-il possible de me réserver Ed ?


Dernière édition par Nolhàn L. Jefferson le Mer 31 Oct - 8:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janice Robbins

avatar

+ MESSAGES : 28
+ INSCRIT LE : 28/10/2012
+ EMPLOI : DIRECTRICE DES VENTES CHEZ VICTORIA'S SECRET

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mar 30 Oct - 22:56

VOISINN
bienvenue, tu fais sans doute une heureuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhàn L. Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 83
+ INSCRIT LE : 30/10/2012
+ EMPLOI : Chirurgien Cardiothoracique au Boston Medical Center.
+ CITATION : Croire en soi, c'est déjà presque réussir.

More about you
AGE: 32 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mer 31 Oct - 10:10

Voisine alors ?
Merci

Et fiche terminée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petra Leskov
SAY GOODBYE TO ANGEL DUST.
avatar

+ MESSAGES : 316
+ INSCRIT LE : 28/10/2011
+ EMPLOI : Agent-Profiler au FBI.
+ CITATION : en cours

More about you
AGE: Trente ans.
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mer 31 Oct - 10:18

Très jolie fiche.
Pour moi tout est ok, il faut juste attendre l'avis de la créatrice du scénario et je valide. I love you

_________________

-------------------------+-------------------------
Hey girl it’s now or never, it’s now or never. Don’t know what think, just let it go and if we get together, yeah get together, don’t let the pictures leave your phone. (gifs by katicisms/lyrics by muse.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhàn L. Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 83
+ INSCRIT LE : 30/10/2012
+ EMPLOI : Chirurgien Cardiothoracique au Boston Medical Center.
+ CITATION : Croire en soi, c'est déjà presque réussir.

More about you
AGE: 32 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mer 31 Oct - 10:32

Merci
D'accord
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theddie Shell-Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 546
+ INSCRIT LE : 28/10/2012
+ EMPLOI : PROPRIÉTAIRE D'UN CAFE

More about you
AGE: 30 y.o
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mer 31 Oct - 14:08

Pfiou je suis amoureuse de ta fiche Si t'étais aps déjà mon mari je t'épouserais sur le champ . Bref, pour moi tout est bon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhàn L. Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 83
+ INSCRIT LE : 30/10/2012
+ EMPLOI : Chirurgien Cardiothoracique au Boston Medical Center.
+ CITATION : Croire en soi, c'est déjà presque réussir.

More about you
AGE: 32 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mer 31 Oct - 16:33


On peut toujours se remarier ma femme Arrow

Hâte d'être validé et de poster avec toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theddie Shell-Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 546
+ INSCRIT LE : 28/10/2012
+ EMPLOI : PROPRIÉTAIRE D'UN CAFE

More about you
AGE: 30 y.o
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mer 31 Oct - 17:04

Owi remarions-nous (on fera de la concurrence a Denden et Sam')

Au fait, avec Janice on disait qu'on etait voisines d'oú le "voisin" plus haut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhàn L. Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 83
+ INSCRIT LE : 30/10/2012
+ EMPLOI : Chirurgien Cardiothoracique au Boston Medical Center.
+ CITATION : Croire en soi, c'est déjà presque réussir.

More about you
AGE: 32 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mer 31 Oct - 17:11

En grand ou on se sauve à Las Vegas ? (pourquoi ? Ils font quoi XD ?)

J'y ai pensé On vit où d'ailleurs (a) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theddie Shell-Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 546
+ INSCRIT LE : 28/10/2012
+ EMPLOI : PROPRIÉTAIRE D'UN CAFE

More about you
AGE: 30 y.o
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mer 31 Oct - 17:15

bah non en grand tant qu'a faire (rien c'est denden qui veut se marier"

J'ai pas encore fait de demande Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhàn L. Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 83
+ INSCRIT LE : 30/10/2012
+ EMPLOI : Chirurgien Cardiothoracique au Boston Medical Center.
+ CITATION : Croire en soi, c'est déjà presque réussir.

More about you
AGE: 32 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mer 31 Oct - 17:22

Et se redisputer pour des napperons XD Arrow (oh ok)

On dort à nos boulots pour le moment (a) Et t'as déjà une idée ? Maison ? Quartier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theddie Shell-Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 546
+ INSCRIT LE : 28/10/2012
+ EMPLOI : PROPRIÉTAIRE D'UN CAFE

More about you
AGE: 30 y.o
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Mer 31 Oct - 21:55

Et pour le choix du gâteau aussi et tu me laisseras avoir le dernier mot

Voilà t'as tout compris. Mais en fait j'ai déjà l'idée et tout mais j'ai pas encore fait la demande bref, on en parle par mp Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Goldman
+ COLOR MY LIFE IN TECHNICOLOR.
avatar

+ MESSAGES : 253
+ INSCRIT LE : 11/09/2012
+ EMPLOI : ARTISTE-PEINTRE / HERITIERE.
+ CITATION : .

More about you
AGE: 30 YO.
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Jeu 1 Nov - 6:39

Validé.

_________________

Broken dreams of flyin birds, dirty hands on skinny arms. Just hanging down her shoulders like a deadly young old tree and a bit of blood rolling. Gently down her nose on the floor the princess strikes the pose. Say goodbye to angel dust, the only angel that you trust. aaron/fuckyeahmcgosling@tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhàn L. Jefferson

avatar

+ MESSAGES : 83
+ INSCRIT LE : 30/10/2012
+ EMPLOI : Chirurgien Cardiothoracique au Boston Medical Center.
+ CITATION : Croire en soi, c'est déjà presque réussir.

More about you
AGE: 32 ans
POST-IT SUR LE FRIGO:

MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   Jeu 1 Nov - 7:29

MP répondu (a)

Merciii
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nolhàn • I'll stumble and fall, but I won't let go.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Windows 10 Fall Creators Update version 1709
» [Emy] falling into darkness
» (m) - RICK MALAMBRI - i think i'm fall in love ♥
» WHY DO WE FALL ? - HP alternatif (OUVERTURE LE 10/04!)
» Angels Fall First [RPG lupin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS OR NOTHING :: SECOND STEP :: › › INTRODUCE :: + VALIDEES-